Lignes directrices de gestion de levés hydrographiques

3 Planification de levés

Avant de se rendre sur le terrain, l’hydrographe-en-Charge et son équipe devront planifier les tâches à effectuer, recueillir toutes les informations pertinentes nécessaires à l’accomplissement des diverses tâches et vérifier que tout l’équipement destiné aux travaux-terrain est en bon ordre de marche et étalonné. Assurez-vous que tous les examens médicaux sont en règles, que les risques envisageables aient été identifiés et que les procédures de travail aient été lues et signées par les membres du personnel; assurez-vous aussi que toutes les formations nécessaires aient été suivies avant d’entamer les tâches.

Dans certains cas, il serait souhaitable une reconnaissance la région du levé, afin d’établir des contacts directs, le cas échéant, d’organiser l’hébergement et les bureaux temporaires, et avoir une idée de la région à relever.

Il faut parfois obtenir des autorisations pour travailler dans certaines zones comme des parcs, des réserves, etc. Dans ces cas, il faut contacter les autorités compétentes (Affaires indiennes et du Nord Canada, Parcs Canada, etc.) pour être bien informé des coutumes et pour entretenir de bonnes relations avec ces groupes.

Voir CUBE - Traitement et analyse de données – (SHC Février 2012).

3.1 Minutes hydrographiques

Le SHC a discontinué la production de minutes hydrographiques physiques pour les données hydrographiques.

Le monde numérique a grandement modifié le concept d’échelle. Les données hydrographiques numériques peuvent être représentées à diverses échelles pour utilisation interne. Toutefois, les données hydrographiques numériques doivent être soumises à la meilleure résolution possible (se référer au document CUBE - Traitement et analyse de données – (SHC Février 2012)).

Afin d’assurer une représentation uniforme des entités des ensembles de données numériques, la codification des données devrait être effectué conformément aux spécifications contenues dans la version actuelle du manuel de numérisation.

Veuillez prendre note que l’espacement des lignes de sonde n’est plus déterminé par l’échelle des levés, mais plutôt par les profondeurs et les caractéristiques du fond marin des secteurs à relever, tel qu’établi dans l’Ordre de levé (voir le Tableau 1 des Normes du (SHC pour les levés hydrographiques).

3.2 Ordre de levé

Les exigences en matière de précision des différentes secteurs à relever sont indiquées dans CUBE - Traitement et analyse de données – (SHC Février 2012), le Tableau 1 – Normes pour les données bathymétriques et dans le Tableau 2 – Normes pour le positionnement des aides à la navigation et entités importantes, tous deux contenus dans les Normes du SHC pour les levés hydrographiques.

L’ordre en vertu duquel le secteur sera relevée, doit être défini avant de se rendre sur le terrain. Cette définition va dicter les degrés de précisions, la couverture du fond, l’espacement des lignes de sonde et les capacités de détection requises lors de l’acquisition de données bathymétriques.

Les zones critiques devraient, de préférence, être relevés à l’aide de systèmes multifaisceaux ou multitransducteurs; c’est p. ex. le cas pour les eaux portuaires peu profondes, les zones d’amarrage et les chenaux critiques associés et offrant une profondeur d’eau sous quille minimale, ainsi que pour des levés d’ingénierie, ou lorsqu’une couverture totale du fond est requise. On peut utiliser des échosondeurs à simple faisceau, conjointement avec un sonar à balayage latéral. Un espacement de lignes de sonde plus étroit pourrait s’avérer nécessaire afin de fournir la meilleure couverture possible pour les ordres plus élevés. Le travail doit être effectué selon les précisions et les spécifications décrites dans les Ordres exclusifs, spéciaux, 1a, 1b et 2.

Dans les zones moins critiques, des sondeurs à simple faisceau peuvent être utilisés pour couvrir les secteurs à relever en utilisant les espacements de lignes spécifiés dans le Tableau 1 - Normes pour les données bathymétriques des Normes du SHC pour les levés hydrographiques. On pourrait aussi utiliser des systèmes de sondage multifaisceaux et multitransducteurs sans chevauchement entre les lignes de sonde. Le travail doit être effectué selon les précisions et les spécifications décrites dans les Ordres exclusifs, spéciaux, 1a, 1b, 2 ou 3.

L’ordre de levé, le type d’échosondeur utilisé et l’espacement des lignes de sondage vont aider à définir la quantité de travail à effectuer et vont aussi permettre de déterminer le temps et le budget nécessaires au projet.

3.3 Documents pertinents

Les informations bathymétriques portées sur la carte peuvent provenir de sources variées, y compris de l’extérieur du SHC. Les données bathymétriques obtenues au cours d’un nouveau levé doivent être comparées aux documents-source et publications existantes. Il faut obtenir une liste des documents ayant été utilisés pour l’analyse du projet.

Ce qui suit est une liste de documents et publications qui devraient être apportés sur le terrain. Il se peut qu’il ne soit pas nécessaire de disposer de tous les documents listés ci-dessous, selon la nature du projet :

  • copies de la dernière édition corrigée des cartes marines du secteur à relever,
  • liste des cas d’investigations requises par l’unité de Production cartographique,
  • liste des demandes particulières et des mises à jour requises par l’unité des Instructions nautiques,
  • s’il y a lieu, une copie des minutes hydrographiques et plans source antérieurs, (de préférence en format numérique),
  • photographies aériennes à jour et cartes topographiques du secteur,
  • copie des publications pertinentes au secteur à relever : Instructions nautiques, Tables des marées, Avis mensuels des niveaux de l’eau, Livre des feux, bouées et signaux de brume, publications non gouvernementales fournissant des informations aux plaisanciers,
  • listes des positions de tous les points de contrôles horizontaux et d’objets remarquables du secteur ainsi que leurs descriptions (provenant de la DLG, des gouvernements provinciaux, du SHC, etc.),
  • listes des altitudes de tous les points de contrôles verticaux du secteur, ainsi que leurs descriptions (provenant de la DLG, des gouvernements provinciaux, du SHC, etc.),
  • liste des dernières positions des aides fixes et flottantes (provenant de la base de données de la GCC – SIPA),
  • tous les numéros de fichiers nécessaires, etc., obtenus auprès du CDH/Gestion de données.
  • Extractions des bases de données CHSDir, BDB et HPD.

Les organismes comme Ports pour petits bateaux, les Autorités portuaires, Transports Canada (Loi sur la protection des eaux navigables), Travaux publics, autorités locales, etc., devraient être contactés afin d’obtenir des informations sur les projets de construction, de dragage, etc. prévus dans le secteur à relever.

Les documents de référence liés aux opérations et les procédures spécifiques d’étalonnage d’équipements, ainsi que les guides de l’utilisateur des divers équipements utilisés au cours des levés, devraient être disponibles.

On devrait aussi pouvoir disposer d’autres documents de référence comme les conventions de travail, les règles et procédures administratives, les guides et règles de sécurité qui régissent les levés hydrographiques, etc.

3.4 Instructions sur la réduction des niveaux d'eau

Habituellement, on doit soumettre un projet de levés à l’unité Marées et niveaux de l’eau qui l’analysera et donnera des instructions particulières pour ce projet. Ceci devrait être fait à l’avance, de manière à ce que l’information demandée soit prête avant la date du départ.

Ces instructions devraient inclure les éléments suivants :

  • le zéro des sondes,
  • la référence verticale pour les élévations,
  • la façon dont les sondes vont être réduites (échelles de niveau d’eau, enregistreurs de niveau d’eau, cartes cotidales, prédictions, etc.),
  • le fuseau horaire à utiliser,
  • l’emplacement des enregistreurs de niveau d’eau permanents (marée/sans marée) situés dans le secteur à relever et un exemplaire de leur historique d’inspections,
  • un énoncé spécifiant si le zéro des sondes doit être établi par transfert de niveau d’eau et à partir de quelle station,
  • emplacement des enregistreurs temporaires de niveau d’eau,
  • exigences en matière d’observations à long terme des niveaux de l’eau,
  • L’information sur les TPU devrait être fournie,
  • autres exigences particulières, comme des observations de courants et de courants de marée.

Tous les travaux doivent être effectués conformément aux procédures et précisions indiquées dans les Normes du SHC pour les levés hydrographiques et le Manuel canadien des marées.

Date de modification :