Normes pour les levés hydrographiques

3 Référence verticale

3.1 Zéro des sondes

Les profondeurs doivent être réduites à un niveau de référence minimum qui peut être défini comme une référence « si basse que le niveau d’eau ne tombera pratiquement jamais au-dessous durant la saison de navigation ».

Dans les eaux à marées les sondages sont réduits à la basse mer inférieure, grande marée (BMIGM) alors que dans les eaux sans marées les sondages sont réduits à un niveau de basse eaux déterminé à partir d’enregistrements de niveaux d’eau.

Le zéro des sondes doit être rattaché à un minimum de trois repères altimétriques dont les élévations doivent être déterminées avec une précision telle que décrite dans le Manuel canadien des marées.

3.2 Le niveau de référence pour les altitudes

Toutes les altitudes et les hauteurs libres doivent être référées à un niveau de référence spécifique. Dans les eaux à marée les altitudes et les hauteurs libres sont référées à la pleine mer supérieure, grande marée (PMSGM), alors que pour les eaux sans marées elles sont référées aux zéro des sondes (par exemple IGLD’85).

3.3 Observation des niveaux d’eau

Les observations relatives à la hauteur de marée ou du niveau d’eau doivent être effectuées au cours d'un levé pour :

  • fournir des informations relatives à la réduction de la marée et des niveaux d’eau pour les sondes
  • fournir les données nécessaires à l'analyse des niveaux d’eau et de la marée, à la détermination des constituants de marées et les prédictions, pour lesquelles les observations doivent s'étaler sur la période la plus longue possible avec un minimum de 29 jours.
  • Pour établir une référence verticale dans une région. Pour ce besoin, des observations devraient être faites sur la plus longue période possible.

Les hauteurs de marée et des niveaux d’eau doivent être observées de manière à ce que l'erreur totale de mesurage au marégraphe, y compris l'erreur de synchronisation, ne dépasse pas ± 5 cm à un niveau de confiance de 95% pour les levés de l’ordre Spécial SHC, de l'ordre Spécial, pour l’établissement de références verticales et pour l’analyse de marées. En ce qui concerne les autres ordres il ne doit pas dépasser ± 10 cm.

Afin que les données bathymétriques soient pleinement exploitées à l'avenir en utilisant les techniques d'observation satellitaire, les observations de marées et des niveaux d’eau doivent être référencées à la fois à un niveau de référence des basses mers (la PBMA généralement) ainsi qu'à un système de référence géocentrique de préférence l'ellipsoïde du système géodésique mondial 84 (WGS 84) ou le système de référence de l’Amérique du nord 83 (NAD 83).

Une méthode indépendante de mesure de niveau d’eau doit être utilisée pour vérifier l’étalonnage et le bon fonctionnement des mesureurs de niveaux d’eau. Au minimum, ces mesures devraient être effectuées au début et à la fin de la période de déploiement ainsi qu’aux périodes de hautes et basses marées.

Date de modification :