Semaine 1

15 août 2015

GCC et SHC entreprennent la collecte de données

Un samedi mouvementé

C'est samedi, mais personne à bord du navire n'aura congé pour quelques semaines encore. Bien que le brouillard ne se soit pas levé de la journée, les navires du SHC ont été mis à l'eau, tandis que l'équipage de la GCC continuait ses opérations de récupération, de remplacement et d'entretien des bouées. Une bouée a été tirée par la glace à plus de 3 miles de sa position originale. Elle a été retrouvée ancrée bien au-delà des limites du couloir de navigation sécuritaire, dans des eaux non cartographiées. Faute d'une intervention, cette bouée créerait un danger pour les navires en transit dans ces eaux. Pour récupérer la bouée écartée, le SHC a travaillé avec l'équipage de pont du NGCC Laurier à bord du Gannet et du Kinglett pour cartographier un couloir d'accès sécuritaire et permettre à l'équipage de la GCC de la récupérer.

Dès que les conditions ont permis le décollage, le pilote David Ferguson a apporté les archéologues Douglas Stenton et Robert Park à l'île Montréal. L'île est située à environ 100 km au sud du détroit de Simpson près d'une zone où des opérations du SHC et de la GCC auraient également lieu. C'est sur cette petite île rocheuse et battue par le vent que l'on a trouvé les premiers vestiges de l'expédition perdue de Franklin en 1855. Toutefois, aucun archéologue n'a visité l'île depuis 30 ans. Les observations révèlent que l'île est fréquentée par la faune et les Inuits.

Pilote de la GCC, David Ferguson

Vue panoramique de l’île Montréal

Détroit de Simpson

Traces de présence de faune sur l’île Montréal

Inukshuk sur l’île Montréal

Date de modification :