Semaine 2

24 août 2015

Malgré une mer agitée, le Laurier poursuit ses relevés des fonds marins

En matinée, nous sommes arrivés à la pointe sud-est du détroit de Rae sur le côté est de l'île du Roi-Guillaume.  Dans le secteur, un grand nombre de balises doivent faire l'objet d'un entretien, et l'équipe a été envoyée tôt ce matin par hélicoptère pour entreprendre ces opérations.  La température est passée de 4 à 8 ℃; toutefois, en raison des forts vents et des grosses vagues générées par les courants, il n'a pas été possible d'effectuer des relevés à partir des petites vedettes.  En raison de sa taille, le Laurier n'a pas été touché par l'état de la mer, de sorte qu'il a pu poursuivre librement ses levés hydrographiques grâce au sonar multifaisceaux à son bord. Les archéologues du Nunavut ont passé la journée à documenter l'information sur chaque artefact recueilli au cours du relevé terrestre d'hier. Même si la journée de travail est plus tranquille, il reste toujours des analyses de données et des tâches administratives à faire pour s'occuper. Le temps est une denrée que personne ne gâche sur ce navire.  Au début de la soirée, le navire a atteint Taloyoak et jeté l'ancre dans le port pour commencer les activités locales dans la matinée.

Le NGCC Sir Wilfrid Laurier en transit (crédit photo : le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes)

Le matelot Devin Ramos repeint une balise de navigation.

Date de modification :