Semaine 3

1 septembre 2015

Un épais brouillard entrave les activités matinales

Aujourd'hui marque le milieu de notre patrouille de six semaines, avant la relève par l'autre équipage du Laurier. Ce matin, il y avait un épais brouillard, de grosses vagues, des vents modérés et des températures avoisinant les 2 °C.

La visibilité réduite par le brouillard a nui aux activités de relevés et de l'hélicoptère. Notre hélicoptère ne peut pas voler dans ces conditions, alors aucun vol n'a été prévu jusqu'à ce que les conditions s'améliorent. En outre, l'incapacité à repérer les plaques de glace flottante à la dérive et le risque de dommages au mât du sonar multifaisceaux du Laurier par une collision avec la glace a également été jugé très élevé; par conséquent, le mât est resté sur le pont toute la matinée.   À la suite de discussions avec le capitaine, il a été décidé que les équipes du Gannet et du Kinglett resteraient à bord, tandis que l'Investigator, plus grand, a été ravitaillé en carburant puis envoyé à son secteur de levés, en se déplaçant à une vitesse réduite pour assurer la sécurité de l'équipage de Parcs Canada.

David Horbas, graisseur de la GCC, observe la surface de la glace de mer

V/R Investigator accroché au flanc du NGCC Sir Wilfrid  Laurier

À exactement midi, le brouillard s'est soudainement levé, et les activités de relevés et de l'hélicoptère ont pu reprendre. Les archéologues du Nunavut sont retournées en hélicoptère à la baie Erebus afin d'y poursuivre leur travail, alors que les équipes du Gannet et Kinglett ont été déployées à leurs propres sites de levés multifaisceaux. Une fois les vedettes mises à l'eau, notre équipage a remis le mât du sonar multifaisceaux du Laurier dans l'océan et nous avons levé l'ancre.   Tous les navires hydrographiques ont été en activité jusqu'au crépuscule, et nous avons jeté l'ancre pour la nuit.

Date de modification :