Semaine 5

11 septembre 2015

Dernier jour avec les vedettes

Nous en sommes déjà aux derniers jours de cette mission. Bien que la date de fin officielle de l'étape septentrionale est le 13 septembre, l'avertissement de coup de vent pour demain pourrait nous obliger à devancer cette date.  Les températures matinales avoisinaient les 2 ℃, avec des vents du nord-est soufflant à 20 nœuds. Nous avons d'abord terminé l'ensemble des opérations en suspens, car ce matin il annonçait une chute de température et des vents plus forts au courant de la journée. Un avertissement de coups de vent supérieurs à 40 nœuds a également été émis pour demain : les choses n'iront pas en s'améliorant.

Le VHS Gannet et le VHS Kinglett complètent une journée de récolte de données.

Les membres de la GCC et du SHC à bord du VHS Kinglett préparent le bateau pour se faire remorquer à bord du NGCC Sir Wilfrid Laurier.

Le maître d'équipage et son équipage de pont ont rapidement préparé le déploiement de l'Investigator, du Gannet et du Kinglett pour profiter de l'état de la mer ce matin. En milieu de matinée, l'hydrographe en chef a réuni une équipe pour effectuer des opérations aériennes jusqu'à l'île Racon afin d'y récupérer la station GPS différentielle et d'y réaliser d'autres observations des marées.  L'équipe est restée sur l'île pendant plusieurs heures avec l'hélicoptère avant de revenir à bord du Laurier.

L'Investigator est revenu vers le milieu de l'après-midi, quand les fortes vagues ont commencé à nuire à la qualité des données recueillies.  En plus de mener ses levés, le Gannet a dû aller récupérer le marégraphe temporaire qu'il avait déployé la semaine précédente. Plus tard en après-midi, les deux vedettes du SHC ont été rappelées au navire en raison de la détérioration des conditions météorologiques.

Nous avons quitté la zone de relevé nord, et le Laurier s'est dirigé vers le sud pour récupérer un second marégraphe déployé par le SHC avec l'aide de la GCC en 2014.   Bien que la jauge temporaire avait été reliée à une bouée pour en faciliter la récupération, les hydrographes ont dû utiliser un signal acoustique pour faire remonter le marégraphe toute-saison du fond de l'eau. L'un des canots pneumatiques à coque rigide (RHIB) du navire a été envoyé recueillir la jauge, pendant que plusieurs vigies à bord du Laurier surveillaient la surface pour y détecter l'apparition du marégraphe. Pendant que le RHIB récupérait la jauge, des mesures de la salinité et des données de localisation ont été recueillies depuis le pont du coffre du Laurier. Dorénavant, seul le Laurier sera en mesure de recueillir des données de levé, alors que les coups de vent gagnent en force. Les vedettes demeureront arrimées et ne devraient pas être déployées de nouveau avant leur transfert à un navire commercial naviguant vers le sud.

Des membres de la GCC et du SHC en route pour récupérer un marégraphe.

Date de modification :